"Mais ça fait tellement du bien d’aimer les gens qu'on aime, que ça finit par faire mal. Je sais pas comment on survit a ça. Non franchement, je sais pas. "

LOL (laughing out loud).

 

Le néant.  Tu t'endors avec, et tu te réveilles avec. Tu le sens ce vide, dans ta poitrine. T'as l'impression de n'être que d'air, que sous cette peau rien n'a lieu. Tu veux manger, ton estomac se noue. Alors il te reste qu'une chose à faire : t'allonger sur ton lit, et attendre que le temps passe. Je sais pas si c'est ça être amoureuse, si c'est ça  des sentiments, mais c'est tellement bon. C'est le bien qui fait mal. C'est l'amour qui rend mal.

Il est toujours là, dans tes pensées.  Parfois, quand tu penses fort à lui, c'est plus cet énorme vide qui te fait mal. Ça descend dans ton ventre, ça papillonne. Et soudain tu ne désires plus qu'une seule et unique chose : l'avoir là, avec toi. N'importe où, mais maintenant.  Tu enfouies la tête dans ton oreiller, et tu essaies de te résonner, te dire que c'est pas ce dont tu as besoin. Mais tu peux pas oublier, non tu peux pas oublier que ton âme, ton corps, tout ton être ne désire que lui. C'est un étrange sensation, croyez-moi. A la fois constructeur et destructeur.

 

C.