Vivre et aimer sans attendre.

05 février 2012

Pourquoi t'es le seul à ne pas voir en moi tout ce que les autres voient.

Même si je baisse dans ton estime, même si tu m'aimes chaque jour un peu moins, ne m'oublie pas. Parce que sans toi c'est pas possible, sans toi ça serait juste insurmontable. Je suis ridiculeusement dépendante de ton sourire. Je sais pas comment j'ai pu en arriver là. Et je sais pas si tu réalises à quel point dès que tu me parles tout ca mieux. Rends-toi compte que tout ce que tu me dis je peux pas l'oublier moi. Rends-toi compte que j'ai constamment besoin de toi. 

Je me fou des mecs. Je me fou de plaire. Je me fou de tout ce qu'ils peuvent penser de moi. Je me fou de ce qu'ils me disent. Je me fou des regards. Je me fou d'être rien. Je me fou d'être tout. Je me fou d'être moche ou belle.

Parce que c'est seulement quand toi tu me regardes, que j'ai envie d'être belle.

Posté par Parisienne- à 20:29 - Permalien [#]


24 novembre 2011

Dansez, dansez.. sinon nous sommes perdus. Pina Bausch

wim_wenders_pina

Tu es dans les coulisses. Tu passes la tête entre les rideaux, vois tout ce monde, ton estomac se noue, ton coeur cogne dans ta poitrine. Tu es impatiente. Oui, impatiente de pouvoir te montrer au public, de danser pour eux. Tu n'en peux plus d'attendre, tu sais que ta place est sur cette scène. Tu repasses tes mouvements en mémoire. Tu sais que dans quelques instants, tu devras te placer à un endroit précis, TON emplacement, et attendre pendant toute l'ouverture du spectacle. On te fait signe, tu sors de tes pensées, ajustes ta robe, vérifies que ta coiffure est intacte, jettes un coup d'oeil aux autres danseuses, murmures des petits encouragements, et enfin, sors de l'ombre pour entrer dans la lumière. Tu marches, la tête haute. Trouves ta place, tu es de dos, et attends. Tu sais que tu dois rester quelques minutes sans bouger, et tu attends.. Tu dois te concentrer sur ta présence. Le public te voit de dos, mais ta présence est d'autant plus importante. Et tu attends.. Les musiciens jouent l'ouverture. Tu attends toujours.. Tu penses à ce que serait ta vie sans la danse, à ce que tu deviendrais si tu n'avais pas la chance de te produire, de temps en temps, devant tout ce monde. Alors tu ne veux plus attendre, tu veux te retourner, regarder toutes ces personnes qui, eux, attendent de voir ce dont tu es capable. Les regarder, danser, et leurs prouver que tu PEUX le faire, que tu iras jusqu'au bout. La musique s'arrête, c'est à ton tour. Tu fais quelques petits mouvements pour, enfin, te retourner vers ce public, regards et lumières braquées sur toi. Tu immortalises le moment. Tu aimes, tu vis, tu danses.

 

C.

Posté par Parisienne- à 22:13 - Permalien [#]

Mais je n'sais plus si tu en vaux la peine. C'est plutôt dur d'en être certaine..

Je crois que c'est inconditionnellement la fin de notre histoire. Oui, enfin pseudo "histoire". Ca été bref, ça a été magique. Des moments parfaits. Cette histoire aurait pu aller bien loin, mais au fond, c'était mieux ainsi, non ? J'ai vécu des belles choses, il manquait seulement des sentiments. Mais des sentiments, ses choses qu'on ressent au plus profond de soi, tu peux pas savoir, tu peux pas comprendre. Et je te souhaite, un jour, de connaitre cette sensation d'appartenir de tout ton être à une personne. J'ai été bien aveugle.. Tu débarquais, tu semblais porter un vrai intérêt à moi. J'avais tellement peur de ne pas plaire.. Tu étais le garçon de mes rêves, et je t'attirais. Tu m'as rendu heureuse ! Oui, vraiment heureuse ! Mais aujourd'hui je vois qu'on a bien fait de s'arrêter. Je vais être honnête : même si on ne peut pas parler d'une véritable histoire entre nous, tu as été irrévocablement ma plus belle. Ca a été dur de me réveiller de ce doux rêve où tout était parfait, dans tes bras. Dur de me rendre compte que je n'étais qu'une parmi toute les autres. Mais aujourd'hui je ne t'en veux plus. Tu es le connard que je devais rencontrer pour décider de trouver un mec bien. Toutes les filles doivent passer par là .Je réalise doucement que tu as été un parmi d'autre.Le premier qui a évoqué en moi un tel désir. Mais celui qui aurait fini par me détruire. Alors, tout est mieux ainsi.

Je te remercie de m'avoir permis de vivre tout ça. Et je te remercie de ne pas avoir essayer d'aller jusqu'au bout.

C.

 

"Quand il t'embrasse, tu reprends vie
Mais lui, il loue son lit"

Coeur de pirate. 

Posté par Parisienne- à 21:45 - Permalien [#]

23 novembre 2011

JE SUIS UNE BATTANTE.

Posté par Parisienne- à 13:23 - Permalien [#]

15 novembre 2011

Tu es libertine, tu es ma catin.

192842_1952471687120_1102473287_31708823_6706472_oJamais. Ne pars jamais. Ta place est près de moi, nulle part ailleurs. On est nées pour être ENSEMBLE, on est des âmes soeurs. Nos chemins sont déjà tracés, on fera notre route côte à côte. Toute ma vie je t'aimerais, tout simplement parce que ta présence m'est indispensable, ton absence invivable. Tout est plus facile quand tu es là, tout est plus beau. Les problèmes semblent moins graves, tu combles mon coeur et y chasse les mauvaises choses. Toute la semaine je n'attends que ton retour. Toute la semaine je n'attends que toi. Et je veux que tu sois fière de moi. Je veux que tu me vois rayonner comme toi tu rayonnes. Je veux que tu me vois m'envoler comme tu le fais. Tu es comme une grande soeur, on marche ensemble vers l'avenir. Je grandis pour toi, j'évolue pour toi, je vis pour toi. Je n'imagine plus un future sans toi à mes côtés. 

Mais si tu savais comme ton bonheur participe au mien, comme ton sourire illumine le mien. Je te veux heureuse, à chaque seconde vécues. 

Mais tu le sais déjà ça, tu sais déjà que t'es tout pour moi.

"Si l’on me perd, sache que je serai la tienne.. Et au creux de ses bras, la mort nous bercera.
Car si l’on me perd, c’est seulement pour rester la tienne. Et au creux de ses bras, la mort nous bercera"


Posté par Parisienne- à 20:59 - Permalien [#]


10 novembre 2011

L'inaccesible m'attire.

L'inaccessible m'attire, oui. C'est pour ca que je me batterai. J'arrêterai jamais de me battre. J'irai jusqu'au bout, pour tout. Chaque chose que j'entreprendrai devra aboutir. Aboutir avec réussite,c'est comme ça. J'attendrai, le temps qu'il faut, mais j'abandonnerai jamais. La vie est faite de défits à relever, de difficultés à surmonter. Mais cela dans un seul but : trouver le bonheur. Je suis une rêveuse oui. Je suis constamment en train de rêver plus grand, plus beau. Je ne peux me contenter d'une chose, d'un lieu, d'une personne. J'ai besoin d'atteindre plus haut, plus inaccessible. Ma vie est ainsi faite d'échecs successifs, mais je garde confiance, la roue tourne.

 

C. 

Atélophobie : Peur de l'imperfection.

Posté par Parisienne- à 21:11 - Permalien [#]

09 novembre 2011

Et qu'importe les directions
Jusqu'au delà de la limite
Tous les chemins mènent à tes yeux
Tous les chemins mènent à la fuite.
 
NOUS FORCERONS NOS DESTINS.

Posté par Parisienne- à 13:14 - Permalien [#]

06 novembre 2011

Reviens moi.

Je n'ai rien trouvé qui puisse justifier cela. Non, rien. Cette distance soudaine, ce malaise nouveau. Alors peut-être qu'il est juste temps de revenir à la réalité. Peut-être que ce n'était qu'un soir, un unique soir. J'ai mal de cette absence, j'ai mal parce que j'ai été conne. Mais j'espère, encore ! Je crois encore en cette histoire qu'il devait nous arriver. Reviens moi, je t'en pris. Mon bien être est resté dans tes bras.

 

C. 

Mais putain vous m'aurez plus.

Posté par Parisienne- à 15:50 - Permalien [#]

30 octobre 2011

"Mais ça fait tellement du bien d’aimer les gens qu’on aime, que ça finit par faire mal."

"Mais ça fait tellement du bien d’aimer les gens qu'on aime, que ça finit par faire mal. Je sais pas comment on survit a ça. Non franchement, je sais pas. "

LOL (laughing out loud).

 

Le néant.  Tu t'endors avec, et tu te réveilles avec. Tu le sens ce vide, dans ta poitrine. T'as l'impression de n'être que d'air, que sous cette peau rien n'a lieu. Tu veux manger, ton estomac se noue. Alors il te reste qu'une chose à faire : t'allonger sur ton lit, et attendre que le temps passe. Je sais pas si c'est ça être amoureuse, si c'est ça  des sentiments, mais c'est tellement bon. C'est le bien qui fait mal. C'est l'amour qui rend mal.

Il est toujours là, dans tes pensées.  Parfois, quand tu penses fort à lui, c'est plus cet énorme vide qui te fait mal. Ça descend dans ton ventre, ça papillonne. Et soudain tu ne désires plus qu'une seule et unique chose : l'avoir là, avec toi. N'importe où, mais maintenant.  Tu enfouies la tête dans ton oreiller, et tu essaies de te résonner, te dire que c'est pas ce dont tu as besoin. Mais tu peux pas oublier, non tu peux pas oublier que ton âme, ton corps, tout ton être ne désire que lui. C'est un étrange sensation, croyez-moi. A la fois constructeur et destructeur.

 

C.

 

Posté par Parisienne- à 16:29 - Permalien [#]

16 octobre 2011

"Jane Eyre, " souriant avec une grâce simple et pourtant perspicace", est faite d'étranges contrastes. Elle est timide, mais ne manque pas d'audace; soumise, mais garde jalousement son indépendance; naïve, mais pleine de bon sens. Sa réserve cache une âme de feu, une âme généreuse, vaillante, ferme, incapable d'hypocrisie, de lâcheté. Au paroxysme de la passion, de l'adoration, du désespoir, Jane Eyre puise sa force dans la profondeur exaltante de son amour, mais aussi dans sa droiture, et " jamais il n'y eut créature plus fragile et plus indomptable". "

Jane Eyre, oui, c'est moi.

 

Extrait des pages "Avertissement" du livre Jane Eyre de Charlotte Brontë. Ces phrases sont écrites par Charlotte Maurat, traductrice de ce livre.

Posté par Parisienne- à 12:13 - Permalien [#]